Kim Jong Un : quels participants pour la succession ?

Le 25 avril dernier, le journal américain TMZ a publié une annonce qui nous a laissé sans voix : Kim Jong Un est mort. Le dirigeant du pays le plus énigmatique au monde, la Corée du Nord, aurait en effet poussé son dernier souffle des suites d’une “chirurgie cardiaque bâclée”. Une annonce qui sera vite démentie par  le conseiller à la sécurité nationale sud-coréenne, Moon Jae-in. Elle posa néanmoins une problématique dans les esprits : qui pourrait succéder au puissant leader Nord Coréen ? 

Tout commença par une absence. L’absence du leader de la Corée du Nord, Kim Jong Un, le 15 avril dernier lors de la commémoration pour fêter la naissance de Kim Il Sung, fondateur de la Corée du Nord que nous connaissons aujourd’hui. Cette célébration est une fête nationale ancrée dans la culture nord-coréenne, Kim Il Sung étant vu comme un demi-dieu par son peuple. L’absence de son petit-fils, Kim Jong Un, n’est donc pas passée inaperçue

Inquiétude et mystère planent sur ce détail jusqu’au 25 avril où, après que l’agence Reuters ait déclaré que la chine aurait envoyé des médecins en Corée du Nord pour une chirurgie cardiaque, le journal TMZ annonce la mort du dictateur. Une annonce qui fait le tour du monde en moins de temps qu’il n’en faut. Elle sera néanmoins aussi vite démentie par le conseiller à la sécurité nationale sud-coréenne, Moon Jae-in. De plus, la réapparition soudaine du dirigeant le 2 mai dernier a mis fin à toutes rumeurs possibles. 

Ces 20 jours d’absence médiatiques auront été à l’origine d’innombrables théories et de questionnements, dont l’un qui pourrait changer l’équilibre du monde tel que nous le connaissons aujourd’hui : que se passerait-il s’il venait  réellement à disparaître ? Qui pourrait lui succéder ? Plusieurs cas de figure : 

Les enfants de Kim Jong Un : une piste peu probable

Kim Jong Un aurait eu en effet 3 enfants : son premier fils en 2010. Une petite fille née 2013. Et un troisième enfant en 2017 d’après l’agence de presse Yonhap. Si le dirigeant de la Corée du Nord venait donc à disparaître, son successeur ne serait autre que son fils de 10 ans.

Une piste peu exploitable donc, tant son fils aîné étant bien trop jeune pour accéder au pouvoir, et avoir la responsabilité de gérer un pays du haut de ses 10 ans. 

Les frères de Kim Jong Un : impossible pour l’un, inimaginable pour l’autre

Kim Jong Un a effet deux frères. Le premier, Kim Jong-nam, aîné de la fratrie, a été assassiné par le régime en février 2017. Il a en effet reçu un agent neurotoxique VX en plein visage, un agent classé comme arme de destruction massive d’après l’ONU. 

Le gouvernement aurait orchestré cet assassinat suite à des critiques publiques tenues par Kim Jong-nam à l’égard du régime nord-coréen et de la dictature. Mais aussi après avoir découvert que ce dernier collaborait avec la CIA en leur donnant des informations. Difficile pour lui donc d’accéder au pouvoir. 

Il reste néanmoins son autre frère, Kim Jong chul. Mais ce dernier ne semble pas avoir les capacités pour tenir le rôle de leader suprême. Kim Jong Il, leur père, le jugeait en effet “trop faible, comme une petite fille”. Et le déséquilibre hormonal dont il souffre n’arrange guère la situation. Il n’est donc pas en tête de liste pour la succession. 

La soeur de Kim Jong Un : figure du pays mais aussi et surtout une femme

Il reste enfin Kim Yo Jong, petite dernière de la famille et femme la plus puissante de Corée du Nord. Elle est en effet très appréciée par le peuple, mais aussi par le régime. Son frère Kim Jong Un a effet une confiance en elle quasi absolue. Il l’a nommé à la tête de l’image et la propagande du pays, rôle primordial dans la dictature. Elle a de plus été aperçue de nombreuses fois à ses côtés lors de récents événements

Elle pourrait donc endosser le rôle de leader de la Corée du Nord.  Le journal japonais Yomiuri a même diffusé une information comme quoi “Kim Yo Jong aurait été officiellement nommé héritière”. C’est néanmoins une information à prendre avec des pincettes, n’ayant jamais été confirmée par le régime. 

Mais il y a un mais. La Corée du Nord est un pays très traditionnel, où machisme et patriarcat sont extrêmement présents dans les mentalités. L’élite n’accepterait donc jamais qu’une une femme devienne leur chef suprême.

Son sort n’est pas scellé pour autant. Kim Yo Jong est mariée au fils de Choe Ryong Hae, le vice-président et n°2 du pays. Il connaissait personnellement Kim Jong Il, son père, depuis plus de 50 ans. Il est l’une des personnes les plus proches de la famille, et aussi l’une des personnes les plus puissantes du pays

Certains ont tendance à penser qu’une alliance pourrait se créer entre Kim Yo Jong et Choe Ryong Hae au moment de prendre la relève de Kim Jong Un. Mais c’est une théorie qui n’est, pour le moment, fondée uniquement que sur des suppositions.

Conclusion 

 On peut donc conclure sur une chose simple : on ne sait pas grand-chose quant à la succession de Kim Jong Un. La Corée du Nord est en effet le pays le plus fermé au monde, et le plus énigmatique. Ne connaissant que très peu d’informations sur le régime, il est difficile d’imaginer l’avenir du pays si le dirigeant venait à mourir.

Nombreuses sont les théories que l’on peut trouver sur Internet, et même dans les médias. Mais, au final, ces théories ne reposent que sur des suppositions, et ne sont donc pas ou que très peu fiables. 

Un mystère qui reste entier, tout comme les nombreux éléments qui tournent autour de l’énigmatique Corée du Nord

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *